Ressource
Présentation

POLLUTION URBAINE

  • POLLUTION URBAINE

 

Depuis les années 50, les rejets dans les rivières se sont multipliés : Voici un échantillon des principales pollutions de l'eau entrainant la dégradation des milieux aquatiques.

 

Événements
Eutrophisation du Doubs franco-suisse !
pecheur-doubs

 

Les riviéres de Franche Comté meurent !

Anper-tos-accuse

Pollution aquatique de la Loue

© France 3

Pollution aquatique sur la riviére Bienne

© France 3

Accueil >> Pêcheur >> L'éthique du pêcheur

Ethique du pecheur

ETHIQUE DE LA PECHE SPORTIVE EN RIVIERE

 

Pratiquée dans un cadre naturel sur des poissons sauvages, la pêche sportive revêt une dimension éthique promue avec conviction par ANPER TOS .


Il ne s’agit pas de codifier telle ou telle technique de pêche qui, pratiquée hors de ce cadre, perdrait toute valeur morale et sportive. Cette démarche, parfois sectaire, est superficielle.

Dans notre société consumériste, individualiste, nous interrogeons le sens profond de la pêche sportive. N’est-ce pas une pratique absolument subversive ? Arriver tôt le matin, dans un monde de roche et de fraicheur, écouter, se faire le plus discret pour, finalement, en fin de journée arriver à penser comme une truite ou un saumon…  
Le pêcheur est aux premières loges. La capture est un prétexte… sans doute ! Témoin du mouvement imperceptible d’une truite zébrée jurassienne refermant sa gueule sur une Pheasant Tail, mais témoin aussi de la fragilité de son habitat face aux pressions multiples qui l’agressent, le détruisent inexorablement. L’éthique est là, dans cette prise de conscience. Le pêcheur véritable ne peut donc être que léger, sobre et raisonné.

Le no kill ou la grâciation du poisson, fait heureux, s’est largement répandu. Est-ce pour autant éthique ?  Prise de photographie sous tous les angles, dressage fastidieux sur fil arachnéen, gueule arrachée par l’ardillon non écrasé…

 

A TOS, nous pensons que la véritable éthique repose sur cette expérience, cet amour sincère de la nature, des grands espaces de liberté qui nous les font défendre et les chérir, des rivières libres et vivantes sous toutes leurs formes mais en interaction avec l’homme, ses pressions et ses contradictions. Le pêcheur véritable ne peut être que conscient, cohérent, engagé… amoureux !